CARMEN racontée

choeur mosaique

SPECTACLE MUSICAL

NOVEMBRE 2009


La ville de Deuil-la-Barre et l'A.A.E.M.
présentent

"CARMEN racontée"

Un spectacle musical
avec


LE CHOEUR MOSAÏQUE

et

Gosha KOWALINSKA, Mezzo-soprano
Carmen
Dominique PLOTEAU, Ténor
Don José
Dominique PAUTAS, Soprano
Micaëla/Mercédès

Jean-Jacques LALA, Baryton Basse
Escamillo/Moralès


Nora ASSICE, Flûte
Fabien NORBERT, Trompette
Géraud KLEIBER, Percussions


Marc MARTINEZ, Eclairages
Laurent MALOT, Assistant mise en scène


Eric CHAQUENEAU, Piano

Jonathan KERR, Textes et mise en scène

Mustapha KAÏD, Direction musicale et coordination

______________________________________________________

  !  NOUVEAU  !  
>>>>>Télécharger la plaquette du spectacle [1,5Mo]<<<<<


__________________________________________

Photographies du spectacle musical "CARMEN racontée"

donné le 8 novembre 2009 à Deuil-la-Barre.

Jonathan Kerr
Jonathan Kerr interprète Georges Bizet contant son opéra Carmen.

Carmen est un drame psychologique, où se mêlent des sentiments profonds aux multiples facettes : l'amour, la haine, la passion, la jalousie, la tendresse, l'humour...

Avec le spectacle Carmen racontée, Mustapha Kaïd, chef du Choeur Mosaïque, continue d'explorer son concept de « spectacle pédagogique », autour d'un compositeur et en « sa présence » pour expliquer et permettre au plus grand nombre de goûter à cet art qu'est l'opéra.


Escamillo-Jean-Jacques LALA et Micaela-Dominique PAUTAS
Jean-Jacques Lala interprète Moralès et Dominique Pautas, Micaëla

Micaela-Dominique PAUTAS
Dominique Pautas dans le rôle de Micaëla

Acte I. Sur une place de Séville, la fabrique de cigarettes fait face au bâtiment des gardes. Micaëla cherche Don José, mais abordée par les soldats, s'en va. Arrive Don José qui vient relever Moralès, alors que les femmes, dont Carmen, sortent de la fabrique. Tous les soldats l'entourent, mais elle n'a d'yeux que pour José, qui se tient à l'écart. Micaëla revient et donne une lettre à José. Un tumulte monte alors de la manufacture, et Carmen en sort arrêtée par Zuniga, le chef de la police : celle-ci s'est battue au couteau avec une autre femme. Zuniga confie Carmen à Don José, qui, séduit par la jeune femme, consent à la laisser partir.

Acte II. Dans une taverne, Escamillo, le toréador, est acclamé. Tous partent avec lui, mais Carmen reste, déclarant attendre José, dont la détention vient de se terminer. Alors que celui-ci arrive, il rencontre Zuniga, et les deux hommes se battent à l'épée. José désarme Zuniga, et s'enfuie avec Carmen.

Acte III. Un site sauvage dans la montagne : le repaire des contrebandiers. Carmen commence à se lasser de la jalousie de Don José. Au cours d'une partie de cartes avec Frasquita et Mercédès, Carmen entrevoit sa mort prochaine. Cependant, Micaëla vient chercher José pour que celui-ci assiste sa mère, mourant. Escamillo, nouveau rival de l'ex-brigadier, invite les contrebandiers aux prochaines courses de Séville.

Acte IV. Une place à Séville, devant les murs et l'entrée des arènes. Acclamé par la foule, Escamillo accompagné de Carmen, entre dans le cirque pour de nouvelles courses de taureaux. Alors que la foule pénètre dans le cirque à la suite du torero, Don José paraît. Il supplie Carmen de le suivre et d'abandonner son nouvel amant. Devant le refus de celle-ci, il devient menaçant et finit par la poignarder mortellement : il se laisse arrêter au moment même de la sortie des spectateurs chantant le nouveau triomphe d'Escamillo.


Don José - Dominique PLOTEAU
Dominique Ploteau interprète Don José

Carmen - Gosha KOWALINSKA
Gosha Kowalinska interprète Carmen

Gosha KOWALINSKA - Mezzo-soprano
Gosha Kowalinska (Carmen)

Gosha KOWALINSKA - Mezzo-soprano
Gosha Kowalinska (Carmen)

Jean-Jacques LALA - Baryton Basse
Jean-Jacques Lala interprète Escamillo

Gosha KOWALINSKA
Gosha Kowalinska (Carmen)

LA PARTITION :

Après la mort de Bizet, son ami le compositeur Ernest Guiraud a remplacé les passages parlés originaux - caractéristiques de l'opéra-comique - par des récitatifs. Cette révision a peut-être contribué au succès de l'oeuvre en facilitant sa diffusion, notamment dans certains théâtres étrangers, peu habitués à pratiquer l'alternance entre dialogues et musique dans une oeuvre lyrique. Cependant, cette adaptation est souvent contestée par les musicologues, et, de nos jours, les deux versions sont jouées, la version originale bénéficiant toutefois d'une légère préférence.

Quoi qu'il en soit, cet opéra a rapidement bénéficié d'une très grande popularité qui ne s'est jamais démentie. Il est généralement considéré comme l'opéra français le plus joué dans le monde.

Ceci peut s'expliquer, en partie, par les nombreuses oppositions qui jalonnent le livret - les scènes tragiques contrastant avec des passages plus légers, voire comiques (rôle de Frasquita, de Mercédès, du Dancaïre, du Remendado...), équilibre entre scènes de foule, avec choeurs et figurants, et scènes plus intimes dans lesquelles les solistes passent au premier plan, etc. Mais la musique de Bizet, expressive, élégante et colorée, son orchestration, souvent raffinée, ses mélodies si faciles à mémoriser - par exemple il n'est pas nécessaire d'être amateur de musique classique ou de bel canto pour se souvenir du thème du prélude - ne sont certainement pas étrangères à ce succès



Gosha KOWALINSKA
Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU et Gosha KOWALINSKA
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU - Don José
Dominique Ploteau (Don José)

Gosha KOWALINSKA - Dominique PLOTEAU - Choeur Mosaique
Gosha Kowalinska (Carmen) et Dominique Ploteau (Don José)

Jean-Jacques LALA -Escamillo- et Dominique PLOTEAU -Don José-
Jean-Jacques Lala (Escamillo) et Dominique Ploteau (Don José)

Jean-Jacques LALA -Escamillo- et Dominique PLOTEAU -Don José-
Jean-Jacques Lala (Escamillo) et Dominique Ploteau (Don José)

Choeur Mosaique
Le Choeur Mosaïque

Choeur Mosaique
Le Choeur Mosaïque

Choeur Mosaique
Le Choeur Mosaïque

Gosha KOWALINSKA -Carmen- et Jean-Jacques LALA -Escamillo-
Gosha Kowalinska (Carmen) et Jean-Jacques Lala (Escamillo)

Gosha KOWALINSKA -Carmen
Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)

Dominique PLOTEAU -Don José- et Gosha KOWALINSKA -Carmen-
Dominique Ploteau (Don José) et Gosha Kowalinska (Carmen)


__________________________
Georges BIZET (1838-1875)

Fils d'un coiffeur-perruquier également professeur de chant et d'une mère pianiste amateur, Georges Bizet révèle très tôt des dons exceptionnels pour la musique. Il partage son temps entre les travaux alimentaires (réductions pianistiques d'opéras et composition de mélodies et de pièces pour piano) et ses tentatives pour s'imposer sur les scènes parisiennes. Il compose Les pêcheurs de perles (1863), La Jolie fille de Perth (1867). Il épouse Geneviève Halévy. Son opéra Djamileh est un échec en 1872. L'Arlésienne, muusique de scène pour la pièce d'Alphonse Daudet, composée pour petit ensemble en 1872, ne connaîtra le succès que plus tard, une fois remaniée pour grand orchestre.

Bizet n'a plus que quelques années à vivre, miné par une maladie de coeur et des rhumatismes, lorsqu'il commence à travailler à l'oeuvre qui restera son seul grand succès universel, son opéra Carmen. À la création, en 1875, il sera néanmoins victime des censeurs (à commencer par le directeur de l'Opéra comique), qui jugent l'oeuvre indécente, et de l'indifférence du public. Ce n'est qu'à Vienne, une fois arrangé en grand opéra auquel Ernest Guiraud a ajouté des récitatifs, que Carmen connaîtra un succès définitif. Bizet meurt en 1875, au soir de la trente et unième représentation. Sa disparition prématurée empêche de savoir quelle place il aurait pu prendre dans l'évolution de la musique à la fin du siècle, entre un Massenet dont le sentimentalisme submergeait l'opéra français et un Wagner dont l'ombre tutélaire influençait et intimidait toute la musique dramatique européenne.



Les Solistes saluant le public

Le chef de choeur, les artistes et le metteur en scène
Mustapha Kaïd (à gauche) et Jonathan Kerr (à droite)